Naturopathie et Covid.

Je tiens tout d’abord à dire, que j’ai très longuement hésité avant d’aborder ce sujet. Puis finalement je me décide enfin à le faire. Sachez que je garde personnel mes positions et réflexions sur la gestion de cette crise…
On va surtout s’intéresser au système immunitaire.  Comment il fonctionne ? Pourquoi le renforcer ? … Et enfin avoir quelques clefs en main pour pouvoir passer cette crise au mieux tous ensemble, collectivement, et retrouver une vie normale.

Comment fonctionne notre système immunitaire ?

La question peut paraitre bête mais elle ne l’est en réalité pas tant que ca.
Lorsqu’il y a une infection par un virus (comme l’on en trouve souvent à l’hiver), le virus entre dans l’organisme, les cellules immunitaires capturent ce virus. Si le virus dans l’organisme est reconnu, la réaction immunitaire se fait par l’aide d’anticorps, lymphocytes, … Si le virus n’est pas reconnu, il n’y aura pas de réponse de la part des défenses immunitaires.
Avec la Covid, c’est sensiblement la même chose, le virus se transporte par les éternuements, postillons, le toucher ainsi de suite.
La Covid à un temps d’incubation qui varie, car un coup on nous dit que c’est 1 semaine, un coup le temps d’incubation est de quelques jours. Une chose est sûre, il y a bien un temps d’incubation.

Pourquoi renforcer son système immunitaire ?

Comme nous venons le voir, notre système immunitaire est ce qui nous protège des différents virus et agressions extérieures. Le but donc de renforcer son système immunitaire est d’avoir des défenses assez solides pour pouvoir lutter contres ces petites infections et/ou virus qui nous gâchent parfois la vie…
La Covid s’attaque particulièrement aux poumons et laisse un état de fatigue intense comme une grosse grippe. Attention, qu’on ne vienne pas dire ce que je n’ai pas dit !
En effet les personnes ayant des problèmes de santé comme de l’asthme, du diabète, du surpoids, différents problèmes respiratoire sont en effet plus à risque que les personnes n’ayant aucune « comorbidité ».

L’âge, un facteur important ?

Lorsque nous naissons, nos défenses immunitaires nous sont transmises par nos parents. Puis nous grandissons, nous tombons malade, et le système immunitaire prend en compte ces mêmes maladies ce qui permet de le renforcer. Il faut savoir que le système immunitaire n’est complet qu’aux environs de 7-8 ans, et celui-ci se dégrade lorsque nous devenons âgés. Mais entre-temps, le système immunitaire atteint son plein potentiel de défenses de l’organisme. Or, même en atteignant ce plein potentiel, celui-ci peut être grandement dégradé.

Qu’est-ce qui peut affaiblir notre système immunitaire ?

Les causes d’un affaiblissement du système immunitaire peuvent être nombreuses :
– Une alimentation non équilibrée, faible en vitamines minéraux et oligo-éléments,
– Une alimentation traité chimiquement (pesticides, etc…),
– Une alimentation à base de nourriture raffinée (aliments transformés ou ultra-transformés),
– Une surconsommation de sucre blanc dit raffiné,
– Une flore intestinale déséquilibrée ou pathogène,
– La polymédication,
– Dest troubles de santé,
– L’âge joue un rôle important dans le système immunitaire puisque le système immunitaire n’est complet chez l’enfant qu’aux alentours 7/8 ans, mais celui-ci diminue également avec l’avancée en âge,
– Le manque de sommeil est également un point important puisque notre corps se régénère la nuit,
– Le stress,
– La sédentarité et le manque d’activité physique car le corps ne s’oxygène pas assez.

Témoignage personnel

J’ai eut la Covid il y a maintenant quelques mois. Ne prenons pas pour autant mon cas pour une généralité.
– Dans un premier temps je me suis rendu chez mon médecin car je croyais avoir une angine. Résultat : Médication et repos.
– Le lendemain, j’ai du mal à respirer, je me rends aux urgences, on me met sous oxygène quelques heures. Je suis à plat et n’ai pas beaucoup de forces, mais en revanche j’ai extrêmement faim (je n’ai d’ailleurs jamais compris pourquoi…). On me fait passer un test PCR ainsi qu’un scanner. Résultat quelques heures plus tard : J’ai la Covid, on me laisse repartir chez moi, on me dit de prendre mes précautions avec ma famille, que dans 7 jours si je n’ai plus de symptômes, je peux retourner à une vie normale sans pour autant devoir repasser de test,  on me dit d’arrêter les médicaments prescrits par mon médecin et on ne me donne aucune autre médication (personnellement ca ne me dérange pas, je ne suis pas adepte des médicaments). Je prends tout de même un complexe naturel « le trésor de l’apicultrice » à base de miel, gelée royale, ginseng, acérola, propolis, et du pollen en grain.
– Le jour suivant, je me lève, ca va un peu mieux, je n’ai pas encore toutes mes forces mais ca revient tout doucement, je ne me remets pas encore à l’activité physique.
– 2ème  jours après avoir été aux urgences, je retrouve mes forces, je vais mieux, je me remets tout doucement à l’activité physique pendant un peu plus demi-heure.
– 3ème jours après ma visite aux urgences, je n’ai plus rien du tout suis en pleine forme, et me remet à faire de l’activité physique comme avant.
Les jours suivants ont été absolument comme tous les jours, sans douleurs ou autre. J’ai eut également la chance de récupérer mon souffle très vite.

Pourquoi je me suis remis aussi rapidement de la Covid ?

Je ne vais pas vous dire que je me suis remis simplement de la Covid par l’opération du saint esprit ou je ne sais quoi.
Encore une fois, je parle de mon expérience personnelle et elle n’engage que moi.
En revanche je pense que les règles d’hygiène de vie saine que j’applique depuis maintenant plus d’1 an y sont pour quelque chose.
– Je mange des fruits et des légumes,
– Je prends soin de ma flore intestinale,
– J’évite les aliments transformés,
– Je pratique une activité physique (environ 1h 4 à 5 fois par semaine),
– Je n’ai pas une vie sédentaire
– Je ne suis pas une personne polymédicamentée.
– J’ai tout de suite eut recours à quelques suppléments (le fameux complexe ainsi que le pollen) pour me revitaliser et me remettre sur pieds au plus vite.

Je tiens encore une fois à préciser qu’en aucun cas un quelconque remède serait miraculeux ou je ne sais quoi. Mais simplement, que quelques règles élémentaires de base d’hygiène de vie et certains compléments naturels peuvent être une piste pour permettre de vite se remettre.

Apithérapie et Covid

La gelée royale n’est plus à présenter. C’est un excellent cocktail d’éléments stimulant et équilibrant qui contient des protéines, des vitamines du groupe B, des hormones, de l’acétylcholine (neurotransmetteur jouant un rôle dans le système nerveux central), des acides aminés, des oligo-éléments, des glucides, des flavonoïdes… La gelée royale est utilisée depuis de nombreuses années. Dans la Chine antique, on s’en servait pour s’assurer vigueur et longévité sexuelle. En effet la gelée royale peut être un bon moyen naturel pour stimuler sa libido.
Mais revenons-en à la Covid. La gelée royale, de sa part sa composition permet de stimuler son système immunitaire mais également de récupérer plus vite lors de la convalescence.

Passons maintenant à la propolis. La propolis est très utile en ce qui concerne les affections ORL et broncho-pulmonaires. Par conséquent, elle est un allié sérieux pour stimuler son immunité et réduire la période de convalescence dû à la Covid.
Une étude à été lancée par les laboratoires mosellans Lehning. Les résultats de l’étude ont été publiés dans la revue « Journal of biomedicine and Pharmacotherapy ».
Dans un hôpital brésilien, sur 124 volontaires âgés d’environ 50 ans et présentant des comorbidités. L’étude à montrée que le temps de récupération des malades est réduit de la moitié, soit au lieu d’environ une douzaine de jours de récupération dû à la Covid, avec la propolis, seulement 6 à 7 jours étaient nécessaires pour la récupération des malades.

Il serait temps que ce genre d’études sur les méthodes naturelles voient un peu plus le jour !

Quelques clefs pour stimuler son immunité.

– Avoir une alimentation saine, équilibrée, riche en vitamines, minéraux, oligo-éléments.
– Limiter la consommation d’alimentation raffinée ou ultra-raffinée.
– Limiter la consommation de sucre blanc et raffinée. D’autres alternatives existent comme le miel, ou le sirop d’agave par exemple.
– Pratiquer une activité physique régulière, pour permettre au corps de s’oxygéner, stimuler son immunité et permettre l’élimination des toxines.
– Avoir un sommeil de qualité et réparateur.
– Apprendre à gérer son stress. Pensez à la naturopathie, à la méditation, au yoga, aux exercices de respiration, sophrologie, hypnose, etc…
– Tournez vous vers des moyens naturels vous permettant de stimuler votre immunité comme la propolis, la gelée royale, le complexe vitamine D+Zinc, la phytothérapie, l’aromathérapie,…

En quoi la naturopathie peut-elle être utile en cas de Covid ou d’après Covid ?

Avant la Covid :
La naturopathie va pouvoir vous aider à stimuler votre système immunitaire, prendre soin de votre flore intestinale, avoir une alimentation correcte et moins toxique, afin d’éviter une forme grave de la Covid ou d’un temps de convalescence trop long.

En cas de Covid ou d’après Covid :

La naturopathie va vous permettre d’avoir une alimentation saine, équilibrée, riches en vitamines, minéraux, oligo-éléments, la moins raffinée possible et donc par conséquent, une alimentation qui sera revitalisante pour  l’organisme afin que celui-ci puisse se remettre plus vite.
En parallèle, un naturopathe pourra vous conseiller certains suppléments naturels pour vous permettre de renforcer l’organisme en prévention tout comme en curatif. Il est important de consulter un naturopathe pour savoir quelles supplémentations peuvent vous être conseillés
La naturopathie peut également prendre en charge les différents restes du Covid, soit les pertes de mémoire, la fatigue, les essoufflements, mais également les problèmes résiduels concernant la perte d’odorat.

Quoi qu’il en soit, pratiquez une activité physique, manger sainement et prenez soin de votre santé, elle est précieuse !

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.



Les conflits et sentiments d’oppositions

Les conflits peuvent survenir chez tout le monde et partout que cela soit au travail, en famille, avec des amis, dans la rue, avec sa/son partenaire, entre frères et sœurs… Vous l’aurez compris, le champ d’actions des conflits et des sentiments d’oppositions est large.


Il important de différencier les conflits et les sentiments d’opposition. Les conflits peuvent résulter généralement de problématique non résolues, conscientes ou inconscientes, récentes ou anciennes, de non-dits, de sentiments d’opposition trop fort, et pour lesquelles chacun reste sur ces position et est énervé de pas accepter la vision de l’Autre et que sa propre vision ne soit pas acceptées,… Le conflit se différencie du sentiment d’opposition dû aux différents sentiments que lui-même peut amener comme la colère, la jalousie, la tristesse, la peur,…

Le sentiment d’opposition lui, est pour faire valoir ce que nous pensons d’un sujet ou d’autre chose. Le sentiment d’opposition lorsque celui-ci est trop fort, peut amener au confit au vu des différentes émotions que celui-ci peut amener, comme vu plus haut.


Dans vie de tous les jours, l’opposition est reine !  Personne ne peut être d’accord avec tous et tout le monde. On peut contrôler les émotions qu’amène le sentiment d’opposition, ce qui nous permet d’avoir notre point de vue sans pour autant être emportés par les émotions qui surviennent et donc partir dans un conflit.

Lorsque l’opposition survient, il est important de se poser certaines questions et d’essayer de comprendre le point de vue de l’Autre :
Pourquoi ne pense-t-il pas comme moi ?
Quel chemin mental peut-il l’amener à penser différemment ?
Pourquoi je n’arrive pas à comprendre son point de vue ?
Pourquoi mon point de vue serait-il meilleur que le sien ?
Est-ce que je peux avoir tort ?

La remise en question est essentielle dans la vie en communauté. Nous sommes des êtres sociables, qui avons besoin de contact humain, et par définition nous avons besoin des conflits et du sentiment d’opposition.

Le sentiment d’opposition ainsi que les conflits sont à mon sens très important !
Ils permettent de nous construire notre propre avis, de défendre nos idées, de nous affirmer, de réintégrer l’Autre dans sa singularité en tant qu’être doté également de ces sentiments …

Ils  nous permettent également, de nous construire en tant qu’être doté d’une conscience développée et de notre libre arbitre. Cela nous permet donc de pouvoir apprécier telle et telle chose et de ne pas en aimer telle autre, de défendre nos positions, mais surtout de toutes et tous avoir des idées et pensées différentes, ce qui fait notre singularité et que tout le monde ne peut penser pareil. Le monde serait bien triste si tout le monde avait toujours le même avis.

Quoi qu’il en soit, les conflits et sentiments d’oppositions n’ont pas spécialement cet aspect très péjoratif que l’on considère dans l’inconscient collectif… Au contraire, il faut accepter ces différents sentiments, les accueillir et traiter les émotions relatives qui en découlent. C’est ce qui nous permet de nous construire et de pouvoir nous affirmer dans nos choix, dans notre vie, de nous faire grandir, et de prendre conscience.

Certaines astuces peuvent vous aider à y voir plus clair lorsqu’un trop plein d’émotion survient que l’on ne peut gérer comme les techniques de respiration, la visualisation, la méditation, les fleurs de Bach, l’EFT… Il convient de trouver la méthode qui vous permet d’accepter ces émotions, de ne pas les rejeter, de les assimiler et les comprendre.

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Naturopathie et infécondité féminine / masculine.

Vous le savez, la naturopathie peut toucher tout le monde, y compris les personnes ayant le désir d’avoir des enfants, femmes comme hommes. Gardez à l’esprit que le naturopathe intervient en complément des traitements médicaux, ainsi qu’en dehors de toute pathologie nécessitant un suivi médical et de toute problématique mécanique.
Ceci étant dit, intéressons nous à ce que peut apporter la naturopathie en rapport avec l’infécondité féminine / masculine.


Vous le savez, et je le répète souvent, le but de la naturopathie est de trouver la cause, de la cause, de la cause,… C’est donc tout naturellement qu’il en sera de même pour les problèmes d’infécondité masculine comme féminine.

Le choix de vouloir un enfant n’est pas anodin, il demande de la préparation pour le corps de la maman comme celui du papa.

Vous ne voyez pas pourquoi ?

Laissez-moi-vous expliquer.
Un enfant est un subtil mélange entre la mère (l’ovule) et le père (spermatozoïde). L’enfant aura donc le patrimoine génétique de sa mère comme de son père, c’est pourquoi il est primordial que les futurs parents aient un bon patrimoine génétique ainsi qu’un terrain sain à transmettre à leur futur enfant.


A quoi peut être dû l’infécondité ?


Les causes peuvent être larges, une baisse de vitalité, une toxémie trop élevée (médicaments, tabac, alcool, émonctoires encrassés comme le foie, …), une flore intestinale abimée, une mauvaise hygiène de vie (pas d’activité physique, mauvaise alimentation, stress, sommeil de mauvaise qualité…), une absence ou anomalie des spermatozoïdes, cause hormonale, fibromes, causes psychologiques,…
Vous l’avez compris, les causes peuvent être vastes en ce qui concerne l’infécondité.


Mais alors quelles peuvent être les solutions naturelles pour pallier à ces différentes causes ?

Que la cause soit psychologique, dû à une anomalie des spermatozoïdes, une toxémie trop élevée, hormonale,…  il s’agira bien évidemment de s’intéresser à votre alimentation car « l’alimentation est notre premier médicament ».

– Sachez qu’encore une fois, il s’agit bien évidemment de la cause, si cela est dû a une toxémie trop élevée, il s’agira que détoxiner l’organisme (en douceur bien sûr), puis de nourrir la flore intestinale.
-Si la cause est une absence ou anomalie des spermatozoïdes, il faudra bien entendu réduire la toxémie, ainsi que revitaliser l’organisme.
-Si la cause est due à une baisse de vitalité, il conviendra de revitaliser l’organisme, de s’intéresser à la qualité du sommeil, au stress, aux différents facteurs psychologiques,…
– Si la cause est hormonale, il conviendra de rééquilibrer spécifiquement, ainsi que de travailler sur l’hypophyse.


Quelles solutions avant la conception ?

La première chose qu’il convient de faire lorsque l’on décide d’avoir un enfant, c’est de vérifier que notre terrain est sain afin que celui-ci se transmette à l’enfant.

Mais alors comment on fait ?


Tout d’abord il convient d’avoir une alimentation équilibrée, variée, de saison, et bio si possible. Viens ensuite le besoin ou non d’une cure de désintoxication appelée plus couramment « détox ». La détox permet d’éliminer les substances indésirables que le corps garde et emmagasine. Il est possible en fonction du degré de vitalité de la personne qu’une cure de revitalisation soit conseillée avant la cure de désintoxication.
Les sources de toxines sont nombreuses : tabac, alcool, café, médications, stress, pollution, sédentarité,…
Pour éliminer les toxines, un naturopathe peut avoir recours à différents outils comme la phytothérapie, l’aromathérapie, la réflexologie….


En bref la cure de désintoxication permet de :


-Nettoyer les déchets du corps.
-Nettoyer les émonctoires (foie, reins, peaux, intestins poumons selon les besoins).
-Retrouver l’énergie vitale dont vous avez besoin.
-Retrouver la force d’auto-régénération de son corps.
-Stimuler l’organisme pour repartir de sur de bonnes bases.
-S’alimenter de façon saine et équilibré.

En quoi la naturopathie peut elle aider lors du désir d’enfant ?

  • Nettoyer son organisme des différentes toxines présentent et accumulées par l’organisme. Prenons l’exemple d’une personne qui à eut un stérilet hormonal pendant des années, celle-ci décide de le retirer car elle souhaite avoir un enfant avec son conjoint. Il conviendra bien évidemment de faire une cure de désintoxication afin d’évacuer toute les hormones indésirables, et rétablir le corps comme avant la pose du stérilet hormonal, afin de faciliter la conception de l’enfant
  • Retrouver une bonne flore intestinale
  • Avoir une bonne immunité
  • Stimuler la libido chez l’homme et la femme. Il conviendra de désintoxiquer l’organisme, le revitaliser, ou faire un équilibrage au niveau des hormones si besoin. Car faire un enfant demande bien entendu l’acte sexuel, et avoir un enfant ne se fait généralement pas en 1 seul rapport (sauf pour les plus chanceux).
  • Stimuler la fécondité féminine et masculine par l’aide de phytothérapie, aromathérapie, apithérapie,… afin que les rapports sexuels soient optimal et que les chances de fécondation soit plus grandes.
  • Accompagner la future maman si celle-ci à des symptômes embêtant de grossesse comme des nausées, vomissements, flatulences, constipation,…
  • Accompagner la future maman et le futur papa à gérer leurs angoisses à la venue du futur bébé.

Gardez bien en tête, encore une fois, que c’est vous les futurs parents qui êtes responsable du patrimoine vitalité qui sera transmis à votre enfant. La flore intestinale joue un rôle prépondérant à une bonne immunité. Donc si les parents ont une bonne flore intestinale ainsi qu’une bonne immunité, alors l’enfant naitra avec une bonne flore intestinale et par conséquent une bonne immunité, ce qui n’est pas négligeable. L’enfant partira donc avec d’excellentes bases biologiques dès la naissance.

La réflexologie plantaire peut également être très intéressante pour aider l’organisme à éliminer les différents déchets qui encrassent le corps, stimuler les différents points en rapport avec la cause du problème, travailler sur les causes/blocages psychologiques en rapport avec la problématique.

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Le système immunitaire.


Aujourd’hui et par les temps qui court, je pense qu’un article sur le système immunitaire pourrait être utile. Je ne remets en aucun cas en doute, les décisions prises par le gouvernement, cela n’est pas mon but, chacun doit savoir rester à sa place, je reste donc à la mienne en vous partageant quelques astuces qui peuvent vous permettre de renforcer votre système immunitaire avec le froid qui arrive. Ces conseils sont applicables tant pour les adultes que les enfants. Bien entendu rapprochez vous de votre naturopathe pour tout renseignement complémentaire sur des produits de types phytothérapie,  huiles essentielles, produits de la ruche….


Tout d’abord, comment fonctionne notre système immunitaire ?


La question peut paraitre bête mais elle ne l’est en réalité pas tant que ca.
Lorsqu’il y a une infection par un virus (comme l’on en trouve souvent à l’hiver), le virus entre dans l’organisme, les cellules immunitaires capturent ce virus. Si le virus dans l’organisme est reconnu, la réaction immunitaire se fait par l’aide d’anticorps, lymphocytes, … Si le virus n’est pas reconnu, il n’y aura pas de réponse de la part des défenses immunitaires.


Pourquoi renforcer son système immunitaire ?


Comme nous venons le voir, notre système immunitaire est ce qui nous protège des différents virus et agressions extérieure. Le but donc de renforcer son système immunitaire est d’avoir des défenses assez solides pour pouvoir lutter contres ces petites infections et/ou virus qui nous gâchent parfois la vie…


Qu’est-ce qui peut affaiblir notre système immunitaire ?


-Une alimentation non équilibrée, faible en vitamines minéraux et oligo-éléments, manger trop de nourriture raffinée (aliments transformés ou ultra-transformés),
-L’âge joue un rôle important dans le système immunitaire puisque le système immunitaire n’est complet chez l’enfant qu’aux alentours 7/8 ans, mais celui-ci diminue également avec l’avancée en âge.
-Le manque de sommeil est également un point important puisque notre corps se régénère la nuit
-Le stress
-La sédentarité et le manque d’activité physique car le corps ne s’oxygène pas assez.

Mais alors du coup comment avoir une bonne immunité ?


-Avoir une alimentation équilibrée
-Consomme des aliments riches en vitamines C : agrumes, l’acérola, kiwi, cassis, légumes (crucifères par exemple),…
-Consommer des aliments riches en vitamine B6 : poisson, viande blanche, légumineuses, légumes et fruits frais,…
-Consommer des aliments riches en Zinc : poissons, coquillages, crustacés, volailles, œufs, légumineuses, céréales complètes, germe de blé, graines de courge, pommes de terre, légumes, fruits…
-Consommer bien évidemment d’autre aliments comme des huiles vierge de première pression à froid, des graines germées,…


Vous l’aurez compris, au niveau de l’alimentation pour renforcer son système immunitaire, il suffit de manger équilibré tout évitant de consommer trop souvent des produits transformés.


Un autre point qu’il est important de vérifier, il s’agit de la flore intestinale. De plus en plus d’études voit le jour et nous informe sur le rôle du microbiote intestinales, or celui-ci participe activement à avoir une bonne immunité.
Pour retrouver une bonne flore intestinale, il faut réensemencer celle-ci avec des symbiotiques et si celle-ci à besoin d’être réparée, on conseillera de la glutamine.

Certains compléments alimentaires peuvent également être utiles pour aider à renforcer son système immunitaire comme certaines plantes adaptogène, différents produits de la ruche, des huiles essentielles,…


Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

La masturbation.

Si je vous dis plaisir solitaire ? Vous avez surement pensé à la masturbation et vous avez entièrement raison. Aujourd’hui nous allons parler masturbation.

Définition : Pratique qui consiste à provoquer (sur soi-même ou sur un, une partenaire) le plaisir sexuel par des contacts manuels.

La masturbation à longtemps était un sujet tabou, mais elle a surtout était réprimée par l’aide de moyens disons le nous, très barbares.
Tout un arsenal de technique répressive fût mis en place par le corps médical pour lutter contre ce qu’ils appelaient « ce fléau ».
Mains ou cuisses liés par des cordes, camisole, fourreau pénien, injection de produit chimique directement dans l’urètre, et bien d’autres techniques faisaient partie de ces méthodes pour lutter contre la masturbation.
La société du 19ème siècle était conservatrice et catholique pratiquante ce qui les amenait donc à penser que les relations sexuelles ne devaient avoir lieu que lors d’actes sexuel en couple dans le seul but de pouvoir procréer.


Intéressons nous aujourd’hui aux bienfaits que peut avoir la masturbation.


La masturbation peut-être accompagnée de différents jouets sexuels tant pour les femmes que pour les hommes.
La masturbation est comme le dit la définition un acte que l’on peut pratiquer seul, tout comme sur un.e partenaire. La masturbation est une pratique sexuelle entière à elle seule, car rappelons le, l’acte sexuel n’est pas obligatoirement, caresse+ masturbation+ préliminaire (mot que je n’utilise pas, car les préliminaires sont à eux seuls un acte sexuel à part entière) + pénétration, et ainsi de suite… Le but premier de la masturbation est d’éprouver des sensations et du plaisir !


Mais alors concrètement, à quoi ca sert la masturbation, mise à part se faire plaisir ?


La masturbation à plusieurs points positifs :
1.Elle réduit l’anxiété et le stress.
2. Favorise l’endormissement du aux hormones qui sont sécrétées.
3. La masturbation permet surtout aux femmes comme aux hommes de connaitre leurs corps et leurs anatomies en découvrant ce qu’ils apprécient ou non et ca, c’est primordiale ! Car comment peut-on prendre du plaisir à deux si déjà tout seul, on ne se connait pas, et que l’on ne sait pas vraiment ce que l’on apprécie ?

A mon sens la masturbation est une sorte de réelle introspection avec soi-même dans le but de se découvrir soi. On entreprend de comprendre ce qui nous amène à aimer tel chose, à prendre plaisir à ca, on découvre de nouvelles sensations avec soi-même, pour plus tard pouvoir partager nos propres découvertes corporelles et sensorielles avec d’autres personnes.

La masturbation permet de connaitre son corps, de  ne faire qu’un avec celui-ci, de le connaitre dans les moindres recoins, de se découvrir, d’apprécier ce que l’on ressent, de se libérer et se laisser aller, on apprécie, et on profite.
C’est comme si notre corps était un temple que l’on ne se lasse pas d’observer, d’écouter, d’appréhender et d’apprécier. Bien entendu, cela reste une vision assez philosophique de la masturbation et de la sexualité, mais c’est la mienne et elle n’engage que moi !


Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Les fantasmes.

Si je vous dis fantasme, vous pensez surement tout de suite au plaisir sexuel.
Et bien figurez vous que le fantasme n’est pas simplement que le fruit de l’imagination participant au plaisir ou a l’excitation. Le fantasme peut avoir pour but conscient ou inconscient de combler les insuffisances de la réalité et des attentes psychoaffectives. Ils permettent aussi d’entretenir cette barrière défensive afin de lutter contre l’angoisse de mort, tentent de réparer des traumatismes psychiques et ainsi éviter de faire ressurgir ceux-ci.
Le fantasme n’est pas simplement que du domaine sexuel, même si la plupart des pulsions qu’il entraine s’y rapporte le plus souvent.

Le fantasme en sexologie est décrit comme une production imaginaire sous la forme d’images mentales qui ont pour but dans la plupart des cas d’amener à l’excitation sexuelle. Il a donc pour but d’amplifier le désir, et l’excitation.

Les fantasmes en soit sont tout à fait normaux et essentiels, ils nous permettent de s’évader, de penser, d’aller parcourir son imaginaire, de s’aider à se découvrir dans notre moi le plus profond, ils peuvent également être source de créativité.

Ils sont généralement du domaine privé de chacun, c’est un peu notre jardin secret, ils permettent de nous poser, de ressentir des choses que nous ne voulons parfois pas ressentir à deux ou plus. C’est en soi une sorte de pause avec nous même et notre imaginaire. Ils peuvent être une source d’épanouissement et de bonheur si l’on est en accord avec ceux-ci, mais ils peuvent également être source de stress, d’anxiété, de honte, de culpabilité, de peur du jugement par l’Autre.


La réalisation d’un fantasme, bonne ou mauvaise idée ?

On entend très souvent que réaliser un fantasme, c’est casser la machine de l’imaginaire, qu’il ne vaut mieux pas car un fantasme doit demeurer un fantasme. Et bien en vérité l’avis de savoir si la réalisation d’un fantasme est une bonne ou mauvaise idée, disons que pour faire simple cela dépend de vous. Il faut savoir qu’un fantasme (sous forme d’image mentale donc) est articulé par notre pensée, la moindre image, odeur, petit détail de ce fantasme est articulé par notre fonction imaginative, c’est ce qui permet d’ailleurs de provoquer l’excitation et le désir. Donc réaliser un fantasme c’est prendre le risque de confronter notre imaginaire et notre jardin secret à la dure réalité de notre monde avec toutes ses imperfections. Il existe donc deux cas possible dans des suites de la réalisation d’un fantasme.

Soit le fantasme, même s’il n’est pas articulé parfaitement dans réalité comme dans notre imaginaire, celui-ci est une source très généreuse, d’excitation, de plaisir, et donc vous pouvez en être parfaitement comblés.

Soit au contraire, le fait qu’il ne soit pas articulé comme dans votre imagination, cela vous déplait énormément, vous pouvez ressentir différents sentiment comme de la déception ou de la tristesse par exemple, ne pas ressentir de plaisir et d’excitation.


Quoi qu’il en soit, libre à chacun de réaliser un fantasme ou non, posez vous certaines questions. Par exemple : Si je réalise mon fantasme, qu’est-ce que ca va m’apporter ? Sera-t-il une véritable source d’excitation pour moi ? Vais-je pouvoir réussir à retranscrire celui-ci de mon imagination au réel ? Est-ce que je veux réellement réaliser ce fantasme ou est-ce que je préfère le garder à l’état d’imaginaire ?


Une chose est sûr, je vous souhaite a toutes et tous de faire marcher votre machine à imagination, afin de pouvoir vous évadez dans votre jardin secret, de rêver et de fantasmer !

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Le lait de vache en naturopathie.


Le lait de vache est un aliment que la plupart des personnes consomme très régulièrement pour cuisiner, dans le café, par plaisir,…
Personnellement, je déconseille très fortement le lait de vache, et la plupart de mes collègues naturopathe le déconseille également  et plusieurs raisons s’ajoutent à cela.


-Tout d’abord il est important de rappeler que le lait de vache est stérilisé UHT et stérilisé, or les vitamines disparaissent à 37°. Pour y remédier les industriels ajoutent des vitamines, du fer et du calcium d’origine synthétique, qui finirons par encrasser l’organisme.

– Il contient des acides gras saturés qui vont favoriser l’obésité.

– Le lait de vache contient des hormones de croissance destiné au veau, ce qui contribue à l’encrassement de l’organisme de l’enfant et donc l’apparition de troubles de santé comme de l’eczéma, constipation, rhumes, diarrhée, psoriasis,…

– A force de traite, les pis de la vache sont suintants de pu, et ce n’est pas pour autant que la vache est mise hors de la traite le temps d’une amélioration. On retrouve donc dans le lait de vache des antibiotique (pour soigner la vache), des OGM (la nourriture des vaches), et attention, la chose la plus particulière, du pu. Oui Oui, vous avez bien lu, on retrouve dans le lait de vache du pu, car vu que les pis de vache sont suintants, et que celle-ci n’est pas mise hors circuit, mais que la traite continu avec les antibios, on se retrouve avec du pu dans le lait de vache, bon appétit bien sûr !

–  En tant qu’amoureux des animaux, je ne peux pas concevoir, que l’on prive un veau du lait de sa mère pour le simple plaisir nombriliste de l’être humain…

– Dernier point important, le lait de vache contient des caséines que l’on retrouve à 80%. La caséine est une protéine favorisant l’encrassement du corps de la personne, et donc favorisant l’apparition de troubles de santé, comme les douleurs articulaires, de l’arthrose, de l’arthrite, des tendinites à répétition.

Il est tout à fait possible et meilleur, tant sur le plan de la santé, que de la nutrition de remplacer le lait de vache par des laits végétaux (amande, noisette, châtaigne, avoine,…) car ceux-ci sont plus assimilables par l’organisme.

Si vous vous posez la question concernant le calcium, sachez que l’on peut retrouver du calcium ailleurs que dans les produits laitiers (sardines, crustacés, persil, agrumes, fruits oléagineux, fruits secs, légumes, fruits, céréales complètes, légumineuses, lait végétaux.

Le lait de vache peut donc aisément être remplacé, pensez à avoir une alimentation diversifiée !


Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

La réflexologie plantaire

Un peu d’histoire,

La réflexologie plantaire se pratiquait déjà dans l’Egypte ancienne. C’est grâce à la découverte du tombeau d’Ankhmahor, en 1979, que deux archéologues ont révélé des gravures qui montraient clairement la pratique de la réflexologie. Puis en Chine, il y a plus de 4 000 ans, sous l’empereur Hwang, une forme de réflexologie plantaire a vu le jour avec la pratique de l’acupuncture et de la moxibustion (technique de stimulation des points d’acupuncture par la chaleur).

En occident, on retrouve des traces de la pratique de la réflexologie plantaire en Amérique du Nord, chez les Indiens de la tribu Cherokee. C’est d’ailleurs l’une de leurs méthodes de soins favorites. « Nos pieds marchent sur la terre et grâce à cela, notre esprit est relié à l’univers ». En Europe, ce sera beaucoup plus tard que la réflexologie plantaire sera pratiquée. A partir de la fin du 19e siècle, des chercheurs ont axé leurs recherches sur le fait qu’une stimulation d’une zone du corps pouvait agir sur une zone éloignée.

Notamment en Angleterre où deux neurologues, Sir Head et Sir Mackensie, ont proposé leur théorie appelée « Les zones de Head » : ils démontrent la relation entre des zones de peau et des organes internes. Ils en ont ainsi élaboré une cartographie, toujours utilisée aujourd’hui.

Comment fonctionne la réflexologie ?

La réflexologie plantaire est une thérapie manuelle. Comme toute médecine douce, son but est de soutenir les processus biologiques, d’augmenter la vitalité, de stimuler l’immunité, de favoriser l’élimination des toxines… Elle permet donc d’agir sur un symptôme et sur le terrain d’une personne, sur lequel s’est développé le trouble de santé, à partir de pressions sur les zones concernées.

La réflexologie plantaire agit donc sur un symptôme, mais aussi sur l’ensemble du terrain de la personne, car le but, est de trouver la cause de ce symptôme. Par exemple, une personne qui présente des migraines : le réflexologue travaillera sur les zones de la tête, mais également sur les zones de terrain : soit le système digestif, si la migraine est de type hépatique ; ou les zones génitales, si la migraine est liée au cycle…

En 1991, 20 femmes âgées de 30 à 60 ans, souffrant de constipation chronique (selles tous les 4 jours), ont suivi 15 séances de réflexologie plantaire de 30 minutes chacune. Leur fréquence de selles est alors passée de 4 jours à 1.8 jours.

En 1993, une revue américaine de gynécologie publiait une étude portant sur des femmes souffrant du syndrome prémenstruel. Ces femmes ont été placées en trois groupes :
– le premier groupe a été traité par réflexologie plantaire, sur les zones des ovaires, de l’utérus, de l’hypophyse, des surrénales, des reins et du système nerveux,
– le second groupe a été traité par réflexologie plantaire sur des zones réflexes générales, sans rapport avec les troubles,
– le troisième groupe n’a pas été traité par réflexologie plantaire. Après 8 semaines de séances, 46 % des symptômes avaient été améliorés dans le premier groupe ; 19 % d’amélioration dans le second groupe et aucune amélioration dans le dernier groupe.

Au-delà d’un travail symptomatique et de terrain, la réflexologie plantaire permet également un moment de détente et de relaxation profonde.

La réflexologie plantaire permet de soulager de nombreux maux :
-migraines

-constipation

-insomnie

-hypertension

-problèmes ORL

-ballonnements

-douleurs ostéo-articulaires

-problèmes sexuels chez la femme et l’homme…

-fibromes utérin

-et bien d’autres troubles

Comment se déroule la séance de réflexologie plantaire ?

Tout d’abord nous échangeons sur ce qui vous amène à venir en séance de réflexologie.
Ensuite vous vous allongez confortablement sur la table de massage.
Un coussin est posé sous votre tête pour éviter le mal au cou.
Une serviette enroulé est mise en place en dessous de vos genoux pour vous éviter des douleurs dorsales.
Lors du soin, j’utilise une huile relaxante pour faciliter la détente ainsi que la séance de réflexologie.
Lorsque le soin touche à sa fin, je pratique un massage avec une crème nourrissante à base de miel de thym, propolis, beurre de karité, pour prendre soin de vos pieds.


Lors du soin, certains points peuvent vous paraître un peu douloureux. Si tel est le cas, il convient d’en parler pour que la personne en charge de la séance de réflexologie puisse travailler sur ce point précis et détendre les tissus et ainsi éviter les douleurs.


Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Les bienfaits du pollen.



Si je vous dis pollen, vous devez surement penser au pollen responsable des allergies. Vous avez à la fois raison et tort. Il existe en fait deux types de pollen :
– Les pollens anémophiles (pollens portés par le vent), responsables des allergies.
– Les pollens entomophiles (pollens transportés par des insectes), celui récupéré par les abeilles et mis en pelotes.

Celui auquel on va s’intéresser c’est bien entendu les pollens entomophiles transportés par les insectes mais surtout les abeilles.

Elaboration du pollen,

C’est en butinant les fleurs que les abeilles récoltent le pollen (issu des étamines des fleurs, donc de l’organe reproducteur mâle) sur leurs pattes et leur corps. C’est ce même pollen qui sert à la pollinisation, par le déplacement des abeilles de fleurs en fleurs.
C’est au XXe siècle que les premières recherches ont été effectuées sur le pollen. Sa consommation est donc récente, une trentaine d’années.

Lorsqu’elles butinent, les abeilles régurgitent quelques gouttes de nectar pour humidifier leurs pattes postérieures, là où se trouvent les corbeilles à pollen. Le pollen s’agglomère alors en petites pelotes (chaque pelote contient des millions de grains de pollen), toujours fixées aux pattes arrière des abeilles.

Les abeilles ramènent ces pelotes à la ruche, les mélangent à du miel et les stockent dans les alvéoles de la ruche (alvéoles différentes de celles du miel), ce qui va permettre au pollen de fermenter. C’est ce qu’on appelle « le pain des abeilles ». Il va servir de nourriture aux jeunes larves, car il est riche en protéines.

Les apiculteurs peuvent récupérer ce pollen, car en rentrant à la ruche, les abeilles passent sur une sorte de grille qui va détacher une partie seulement des pelotes fixées à leurs pattes.
Le pollen présente des couleurs variées du fait de ces différentes sources de plantes.

En quoi le pollen peut-il être utile ?

Le pollen est très riche en acides aminés, et a donc de ce fait un très grand pouvoir revitalisant du corps et de l’esprit. Il contient également,
– Des vitamines du groupe B,
– Des minéraux,
– Des oligo-éléments,  
-Des flavonoïdes,
– Des lipides.

Le pollen peut donc être indiqué pour différentes problématiques comme :
– Renforcement du système immunitaire,
– Fatigue physique et/ou  intellectuelle,
– L’impuissance,
– La frigidité,
– Le sport intensif,
– La convalescence,
– En prévention de l’ostéoporose,
– Problèmes de peau (acné, psoriasis, eczéma…),
– Les problèmes de cheveux (cheveux ternes, chute de cheveux,…)
– Les ongles cassants
– Problèmes de prostate,
– Problèmes intestinaux (ballonnements, flatulences, constipation, diarrhée…)
– Il est également très intéressant pour les personnes stressées, déprimées, anxieuses, irritables…

Le pollen frais contient en plus des ferments lactiques, qui auront une action sur la sphère digestive, notamment la flore intestinale.

Qualité du pollen ?

Le pollen doit être conservé au réfrigérateur. Il est d’ailleurs souvent congelé sous vide immédiatement après sa récolte et peut être conservé 20 jours après sa décongélation. Il peut également être séché et conservé dans un pot en verre hermétique.

Mais alors comment consommer le pollen ?

Tout d’abord le pollen se prend par cure, cela peut-être une cure d’une semaine par mois ou une cure de 2 mois, avec arrêt pendant 3 mois.
Pour les adultes, on conseille généralement de prendre une à 2 cuillères à soupe par jour (bien entendu cela n’est pas exhaustif car il y a d’autres facteurs à prendre en compte comme le poids ou l’état générale de la personne.)


Pour les enfants :
– à partir de 6 mois jusqu’à 5 ans : ¼ de cuillère à café, deux semaines par mois,
– de 6 ans à 11 ans : ½ cuillère à café, deux semaines par mois,
– de 12 ans à 15 ans : 1 cuillère à café, deux semaines par mois.

On peut consommer les pelotes de pollen à la petite cuillère (pas avant 6 ans), en insalivant bien. Sinon, il peut être mélangé aux aliments (mais pas chauffé) en l’écrasant avant avec un pilon pour les tout-petits.

Vous pouvez également retrouver le pollen sous d’autres formes comme en ampoules par exemples en association avec d’autres produits naturels ou d’apithérapie comme des complexes-ampoules contenant miel, propolis, gelée royale, pollen. Les ampoules complexes peuvent être une excellente alternative si vous n’arrivez pas à consommer de pollen dû à son goût un peu particulier.

Pour toutes questions relatives aux différents produits de la ruche, rapprochez vous de votre naturopathe.

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.

Les bienfaits de la propolis

La propolis peut être considérée comme le médicament de la ruche et non un aliment pour les abeilles.

La propolis est une substance résineuse récoltée par les abeilles sur les bourgeons et écorces de certains arbres (bouleau, peuplier, saule, chêne, frêne, marronnier, sapin, pin, épicéa). Les abeilles enduisent les surfaces intérieures de leurs ruches afin de limiter les invasions microbiennes.

L’utilisation de la propolis à des fins thérapeutiques ne date pas d’hier. Les grecs l’utilisée pour soigner les plaies, les romains leurs blessures et les incas pour la fièvre.

Un peu d’histoire,

Son nom vient des Grecs, il signifie « devant la cité », c’est-à-dire, l’entrée de la cité, car les apiculteurs avaient observé que les abeilles l’utilisaient pour limiter la taille de l’entrée de la ruche. Elles enduisent également les surfaces intérieures de la ruche avec la propolis pour limiter les invasions microbiennes. La propolis était déjà connue pour ses propriétés thérapeutiques il y a fort longtemps.

En Egypte, elle était utilisée pour l’embaumement des corps.

Les Grecs l’utilisaient pour les plaies suppurantes ; les Romains la donnaient aux soldats pour soigner les blessures ; les Incas s’en servaient pour traiter les inflammations avec fièvre. Au XVIe siècle, on retrouve trace de l’utilisation de la propolis à des fins thérapeutiques dans un livre écrit par Ambroise Paré (chirurgien et anatomiste français). Pendant la seconde guerre mondiale, les cliniques soviétiques l’utilisaient pour soigner les blessés.

L’utilisation thérapeutique moderne de la propolis reste relativement récente, depuis le milieu du XXe siècle : des recherches pharmacologiques et cliniques ont été effectuées in vivo et in vitro, confirmant ses propriétés, tant en médecine humaine que vétérinaire.​

Que contient la propolis :

-flavonoïdes,

-vitamine C,

-minéraux,

-oligo-éléments,

-composés phénoliques et terpéniques.

Comment est élaborée la propolis ?

Les abeilles récoltent la résine avec leurs mandibules et l’entassent dans les corbeilles de leurs pattes postérieures. A leur retour à la ruche, les ouvrières récupèrent la résine, la mélangent à de la cire, du pollen et leurs enzymes, ce qui forme une sorte de « mastic », qui sera utilisé par les maçonnes pour combler les parois de la ruche, colmater les fissures… et créer ainsi une couche protectrice contre les microbes et les champignons.

Pour la récolter, les apiculteurs grattent les cadres, les parois et les grilles de la ruche. La quantité récoltée est variable, mais se situe en moyenne entre 100 g et 300 g par ruche et par an.

Que contient la propolis ?

– Des composés phénoliques et terpéniques

– Flavonoïdes

– Vitamine C

– Minéraux et oligo-éléments

La propolis à des propriétés antivirales, antibactériennes et antifongiques. On peut ainsi dire que la propolis est un « antibiotique » naturel (en complément des traitements antibiotiques classiques).

Elle est très intéressante dans les bactéries de type Staphylococus, Streptocus, Bacillus, E.coli, Pseudomonas, Mycobacterium, Helicobacter pylori… Et sur les champignons, notamment Candida albicans.

Dans quels cas utiliser la propolis ?

On peut utiliser la propolis comme :

-un antibiotique naturel (en complément des traitements antibiotiques).

-Stimulation du système immunitaire.​

-Affections ORL et pulmonaires (otites, rhinite, rhinite allergique, sinusite, angine, laryngite, trachéite, rhume, enrouement, bronchite…)

– Les différents problèmes bucco-dentaires (caries, gingivite, glossite, aphtes, herpès labial…)

-Problèmes intestinaux.

-Problèmes de peaux.

– En cas de couperoses, varices, hémorroïdes, oedèmes,…

– Mais également pour les brûlures, blessures, engelures, crevasses, ampoules, abcès, furoncles, ulcères variqueux, escarres, eczéma, psoriasis, verrues, cors, durillons et zona.

Qualité de la propolis ?

La propolis doit être indiquée 100 % naturelle et récoltée par des apiculteurs éloignés de l’activité humaine pour éviter toute forme de pollution. La propolis doit être conservée dans des récipients opaques, hermétiques, à l’abri de la chaleur.

Comment prendre la propolis ?

La propolis s’utilise tant par voie interne qu’externe également dans les cosmétiques. Vous pouvez ainsi la trouver sous différentes formes comme

– Des sprays,

– Des gélules,

– Des ampoules,

– Des gouttes,

– Du dentifrices,

– Des pommades,

– Des crèmes,

– Des gommes, etc…

Pour l’extrait de propolis liquide par exemple, la posologie sera en fonction du poids de la personne.

Pour toutes questions relatives aux différents produits de la ruche, rapprochez vous de votre naturopathe.

Vitalement vôtre !

Contact :
Mail : contact@eros-natura.com
Téléphone : 06.44.33.39.82.